Saturday, August 19, 2006

Sorin Ghergut

matè féca2

chaudes, matinales
matières fécales
et étoiles.
marche, a travers

si tu veux laisser une trace sur le plancher
couche toi au-dessus
couche toi au-dessous.
le jean qu’est-ce qu’il faisait ?

où mettent-ils le pied
george anne andrée
rose, sébastien ?
il n’y a, là, rien/rien autour, rien !

*

je fais du sexe oral avec le soleil ma langue arrive à se frayer un passage
à travers ses rayons un peu poilus
quelques-uns, d'autres soigneusement épilés
je tente la même chose avec les étoiles
je déchire avec mes dents la lingerie intime de l'antimatière

j'urine dans un trou noir qui se fait rose, un rose si dégoutant que j'ai envie de vomir et je vomis et de ce que je vomis un nouvel univers prend naissance
mon nom est ghergut même le plus intelligent individu de l'espèce la plus avancée la plus forte de ces mondes (mes mondes) ne pourra jamais le prononcer

trois consonnes, deux voyelles

partout où je pose ma main il y a des touches, partout où je marche il y a des pédales

partout où je mets le pied, si lentement
que ce soit, quelque-chose, autre que moi, se met en mouvement

*

un peu grotesque (je voudrais être)

J’aimerais écrire un poème qui soit une gaffe énorme, quelque chose qui désespère, qui détruise tous mes vrais amis

Je pourrais mourir avant qu'un autre mal arrive, quand je me rends compte que
moi, mourir
est réellement une épouvante

la seule place ou j’aimerais revenir
unique espace ou j’aspire a être
à voir, à respirer, à savoir – dans le cerveau de mon enfant

cerveau gris comme un brouillard, et dans le brouillard un loquet froid
cerveau mis comme un sceau sur la porte d’un sénat

Non pas un kitsch facile à digérer, excusable. Mais une chose grotesque, simple et insuportable. inoubliable et incountournable

pas un kitsch pur et simple. pas seulement ridicule, pas de tout bestial,
mais quelque chose de tout a fait grotesque, c'est ça
je veux écrire quelque chose de grotesque, maman
quelque chose sans aucune chance

quelque chose de personnel, irrémédiablement
personnel

que les amis désespèrent, un méchant se mette en colère, que cela réveille l'amour dans une fille
une seule, de toutes celles qui vont lire !

*

organes génitaux
entre les étoiles
ils sont tiens
et miens

frémissant lentement
entre les astres, dans
le ciel mou
ils sont a nous

*

traduit du roumain par Sorin Ghergut

  • Silo
  • Charles Pennequin
  • Kilobytes' Patron
  • Les cahiers de benjy
  • Marelle, Pierre Ménard
  • Tapin
  • Sitaudis
  • Toog